L’aménagement de combles présente de nombreux avantages. Par exemple, augmenter la surface habitable d’un logement.

Notre article “Pourquoi rénover des combles? explique en détails quels sont les intérêts de ces travaux.

Avant de lancer le chantier, il est important de rappeler toutes les étapes nécessaires à la réalisation de ce projet.

Le diagnostic et l’état des lieux des combles

Tout d’abord, si ces combles se situent dans une copropriété, il faut commencer par les racheter via un vote à la double majorité (au deux tiers) lors d’une assemblée générale ordinaire ou exceptionnelle (provoquée). Un diagnostic permettra également d’en fixer le prix et de demander une rénovation globale préalable de la toiture le cas échéant.

La structure du bâtiment est à faire diagnostiquer par un professionnel afin de déterminer si sont état permet d’installer un nouvel étage. L’aménagement des combles va modifier et augmenter le poids actuellement supporté par les murs porteurs. Il faudra donc intervenir sur la structure et effectuer une “reprise des charges en sous-oeuvre”.

Le plancher est également à inspecter. Trois possibilités sont envisageables. Soit le plafond entre le dernier étage et les combles est un véritable plancher pouvant supporter la charge de l’exploitation de nouveaux espaces (attention en cas d’installation de baignoire par exemple). Soit il s’agit d’un simple plafond qui n’est pas un plancher, il faudra alors le déposer entièrement et poser un plancher complet. L’avantage de cette démarche est de pouvoir modifier l’altimétrie de ce plancher, le monter pour gagner en hauteur sous plafond dans les espaces du bas ou au contraire le baisser pour augmenter la surface exploitable sous la toiture.

Enfin, le plafond est un plancher qui nécessite d’être renforcé pour pouvoir être pratiquer en toute sécurité.

L’isolation de la toiture doit être performante et son étanchéité intacte. Dans le cas contraire, il faut anticiper le coût de leur restauration ou de leur mise en oeuvre.

chantier de plancher de combles en bois

Photo : Loft Boutik

La faisabilité spatiale, financière et technique d’une rénovation de combles

Une fois que l’état des lieux a été fait, il faut vérifier la faisabilité complète du projet. A cette étape, il est vivement conseillé de s’entourer d’un architecte qui sera capable de faire la synthèse entre le budget disponible pour ces travaux, la surface qui sera exploitable, et la capacité structurelle du bâtiment existant.

Il saura définir si le projet est réaliste et quels seront les avantages à tirer de cet aménagement.

Une structure de plancher en bois peut être moins onéreuse mais sera plus épaisse et donc réduira la hauteur sous toiture. Une structure type IPN peut coûter plus cher mais sera plus facile à mettre en oeuvre puisque les poutres en acier sont découpables et soudables entre elles après la livraison, ce qui facilite leur transport.

Notre article “Combien coûte une rénovation de combles ?” détaille les dépenses à anticiper.

J'ai besoin d'un architecte

Le projet d’aménagement de combles

L’architecte sera aussi en mesure de déterminer quels types d’espace il est judicieux d’installer ou d’intervertir entre le haut et le bas. Du couchage d’appoint, à la suite parentale en passant par le dortoir d’enfants, les rangements voire les pièces de vie, la rénovation de combles permet une multitude de projets.

De nombreuses facettes de cet aménagement sont à anticiper : position et type d’escalier, la manière d’éclairer et ventiler cet espace (“Comment éclairer naturellement des combles ?”), le revêtement des sols, le mobilier sur-mesure, le raccord des réseaux d’alimentation électrique, d’eau et d’évacuation.

espace de combles aménagés

Photo : Komada architect’s office

Les démarches administratives d’aménagement de combles

Parallèlement, il faut veiller à ce que le projet soit conforme à la réglementation en vigueur et faire les démarches administratives qui correspondent.

1- Quand les combles se situent dans une copropriété, il faut également obtenir son accord. La décision sera prise par un vote à la majorité absolue (parfois qualifiée selon les règlements) lors d’une assemblée générale ordinaire ou exceptionnelle (provoquée).

2- Il convient de définir ce qu’est la «surface de plancher». Cette notion correspond à la somme des surfaces de plancher closes et couvertes sous une hauteur de plafond supérieur à 1.80 m calculées à l’intérieur du bâtiment. Sont donc exclues les épaisseurs correspondant à l’isolation.

  • En dessous de 5 m², aucune démarche administrative n’est nécessaire. Par exemple, si la surface des combles est déjà comptabilisée comme surface habitable, aucune démarche ne sera nécessaire.
  • Entre 5 et 20 m² (40 dans les zones soumises à un PLU), il sera nécessaire de déposer une déclaration préalable de travaux. Ce document est également exigé pour la pose de fenêtres de toit.
  • Au delà de 20 m² (40 dans les zones soumises à un PLU), il faudra obtenir un permis de construire.
  • Si la surface du bâtiment, avant ou après travaux, dépasse 150 m², il est obligatoire de déposer une demande de permis de construire ET de faire appel à un architecte à partir de 20 m² de surface de plancher.
J'ai besoin d'un architecte

3- Attention à la localisation des bâtiments dans des secteurs dont la réglementation est plus exigeante comme les secteurs sauvegardés, à proximité de bâtiments historiques etc… Le nombre de documents à fournir sera différent, la démolition peut y être plus contrôlée, certains matériaux ou coloris peuvent être imposés. Dans ce cas, le délais d’instruction de la demande sera rallongé d’environ 1 mois.

Le délais de recours des tiers

L’obtention de l’autorisation d’urbanisme prend la forme d’un arrêté. Un panneau de chantier (de 80 cm minimum) le mentionnant devra être accroché sur le site du projet au plus après la délivrance de l’autorisation. Ce panneau comporte les principales caractéristiques de l’autorisation, les coordonnées du demandeur, la nature du projet et doit être visible depuis la voie publique pendant toute la durée des travaux. Son accrochage lance le délais de recours des tiers, c’est-à-dire période, variant de 1 à 3 mois, précédant les travaux et pendant laquelle le voisinage peut s’opposer à la réalisation du projet. À défaut d’affichage, l’autorisation peut être contestée dans un délai maximal de 1 an à partir de l’achèvement des travaux.

pignon ouvert et poutre en bois

Photo : Gens architectes

La consultation des entreprises de travaux

Pendant l’instruction et le délais de recours des tiers, il faudra dessiner le projet et le faire chiffrer. Pour cela, un architecte édite des documents graphiques et des pièces écrites qui permettront aux entreprises de travaux d’établir leur devis. En général, il est conseillé de faire chiffrer deux entreprises afin de comparer leurs offres. Si le budget ne correspond pas aux devis, l’architecte peut entamer une négociation et/ou modifier le projet afin qu’il soit réalisable.

Afin de faciliter cette étape et d’obtenir des devis rapides réalisés par des entreprises fiables et recommandées, BAM accompagne les architectes dans la passation des marchés de travaux.

BAM !

Le financement de rénovation de combles

Différentes aides sont proposées par l’Etat pour financer ce type de travaux puisqu’elle s’apparente également à une démarche écologique en permettant généralement d’améliorer l’isolation et donc de diminuer la consommation d’énergie d’un logement.

Pour en bénéficier, il faut impérativement que les travaux soient réalisés par des artisans professionnels certifiés titulaires du label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Acheter du matériel pour le mettre en oeuvre soi-même exclu la possibilité d’obtenir des aides financières de l’Etat.

Notre article “Combien coûte une rénovation de combles ?” présente plus en détails différentes aides à souscrire.

Le chantier de rénovation de combles

Plusieurs conditions sont à réunir afin de pouvoir démarrer le chantier.

  • acheter les combles
  • obtenir les autorisations d’urbanisme
  • définir un projet avec un architecte de préférence
  • signer les marchés de travaux
  • attendre la fin du délais de recours des tiers

Après démolitions éventuelles, la première phase du chantier concernera l’intervention sur la structure et donc la solidité et la stabilité de l’ouvrage : plancher et trémie (trou dans le plancher permettant l’accès à l’escalier), reprises en sous-oeuvre le cas échéant, fenêtres de toit et autres ouvertures, puis on posera l’isolation et l’ étanchéité.

La phase suivante est appelée second oeuvre, elle comprend principalement le cloisonnement, les raccordements aux réseaux et la pose de l’escalier.

Enfin, on procèdera aux finitions, qui englobent peinture, revêtements muraux, revêtements de sol, pose des équipements comme les éléments sanitaires.

Confier le suivi des travaux à un architecte assure une livraison dans les temps avec un niveau de finition satisfaisant.

L’aménagement intérieur et le choix du mobilier

Cette étape de personnalisation de l’espace est également très importante. Le choix des luminaires doit être fait avec précaution. Pour des espaces dont la hauteur sous-plafond est plus faible, on préfèrera des appliques aux suspensions.

La création d’un mobilier sur-mesure, pour les rangements entre autres, peut s’avérer judicieux.

Un mobilier relativement compact peut être plus adapté aux espaces réduits des combles.

charpente d'un ancien entrepôt décoré de plantes
Photo : Louis Lemaire

Photo : Hors Champ architectes

Je souhaite rénover mes combles !